Le Métier de la saison : ARTISAN DU CUIR (VIDÉO)

Le Métier de la saison : ARTISAN DU CUIR

Le quartier Saint-Jean baptiste, à Québec, regorge de multiples attraits, dont une panoplie de petits commerces spécialisés ayant un certain cachet d’authenticité. L’un d’entre-eux qui ressort de par sa singularité et la qualité de son travail, est l’Atelier de Cuir Saint-Jean Baptiste. On y retrouve le fondateur Mathieu Néron, artisan bourrelier et bottier.

Fondé au printemps 1998, l’Atelier de Cuir Saint-Jean Baptiste fût le fruit du travail de plusieurs individus, dont le propriétaire actuel, Mathieu Néron. Après avoir découvert sa vocation, il devient l’apprenti de plusieurs maîtres dans cette discipline, dont un certain Monsieur Papadakis, cordonnier à l’ancienne, de Québec, puis Claude Saint Germain, figure clé dans la transmission des techniques traditionnelles de manipulation et de transformation du cuir.

Il apprend donc le processus complet de production d’un objet en cuir, à partir du tannage, jusqu’à la confection de finition. Au fil des années, en association avec d’autres artisans gravitant autour de son commerce, un style propre à cet atelier commence à se dessiner. On acquiert de la machinerie d’époque permettant de faire de la cordonnerie, une variété disparue de bottes sauvages revoit le jour. On utilise aussi, dans les ornementations des objets, des matériaux nobles, tels le panache d’orignal sculpté, ainsi que d’autres formes de signatures esthétiques propres.

Depuis, l’Atelier s’est au fil des années inséré dans les habitudes des résidents du quartier, mais aussi des producteurs de théâtre et de cinéma, un savoir faire qui est désormais reconnu dans son utilité. Les résidents peuvent commander des réparations pour divers objets de cuir, mais c’est la production qui est prisée, on y retrouve donc de multiples articles de maroquinerie, mais dans la tradition inspirée de la Nouvelle France, avec quelques innovations. Un ancêtre de Mathieu Néron, était d’ailleurs artisan bourrelier à la place Royale, il fût un temps, lors du régime français. C’est donc une des raisons logiques qui poussent l’Atelier à se représenter chaque année aux Fêtes de la Nouvelle France de Québec.

Aujourd’hui, l’Atelier de Cuir Saint-Jean Baptiste est devenu un lieu de formation, où il y a transmission du savoir faire, et congrégation de spécialistes en ce type de production. On envisage d’ailleurs une expansion pour instituer sous forme plus large, le type de production et de connaissances dont s’occupe l’entreprise depuis plus de douze ans.

Un très sympathique artisan que ce Mathieu Néron, tout comme ses complices.

Depuis 2013, l’Atelier de Cuir Saint-Jean-Baptiste n’a plus pignon sur rue sur Philippe-Dorval, à Québec. Il pratique toujours son métier de bourrelier dans la région de la Capitale-Nationale, à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. On peut le rejoindre par voie de courriel: mathieu.neron07@gmail.com .

Author: Etats de Splendeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *