J.A. Moisan, la plus ancienne épicerie en Amérique du Nord.

-Un commerce uni à son quartier .

 

Le supermarché est sans conteste le roi des centres d’approvisionement alimentaires humains. Il fût un temps, cependant, où l’épicerie de quartier régnait. Elle subsiste encore dans certains recoins de nos villes et villages. Combien  seront surpris d’apprendre que nous possédons, à Québec, la plus ancienne Épicerie encore en activité, en Amérique du Nord.

Patrick Hacikyan/

Il s’agit du célèbre J.A Moisan, qui fait partie du quartier Saint-Jean-Baptiste, à Québec, depuis 1871. Après une couple d’années d’exploitation, l’épicerie de Jean Alfred Moisan déménage dans le bâtiment situé sur le coin de rue adjacent du même côté de la rue Saint-Jean. L’entreprise y demeurera jusqu’à nos jours. Encore aujourd’hui, lorsqu’on pénètre dans cet antre d’antan, le comptoir ainsi que certaines étagères sont les mêmes qui ont servi depuis l’ouverture.

J.A, Moisan

L’épicerie a été rescapée, au tournant du millénaire, après avoir passé aux mains de certains descendants de la famille ainsi que d’autres entrepreneurs, par les frères Clément et François Saint Laurent, ainsi que par Nathalie Deraspe. Ils ont pris soin de conserver et de prolonger l’âme d’origine de l’établissement, qui d’ailleurs est surveillée par un fantôme, celui, sans doute de Jean Alfred Moisan, aperçu plusieurs fois par des anciens propriétaires, ainsi que par des individus aux étages du dessus. En effet, la famille Moisan avait autrefois leurs appartements au-dessus de la boutique. Aujourd’hui, les appartements ont été restaurés en auberge, toujours en prenant soin de respecter l’esthétique présente à l’époque. Si l’on descend les marches, après avoir croisé le spectre de Jean Alfred, au-delà des comptoirs de charcuteries artisanales, de fromages du Québec, et les multiples produits tantôt raffinés tantôt exotiques, et que l’on poursuit la descente jusqu’au sous-sol, on peut être témoin d’une merveille. Là, en dessous de tout, soutenant encore une partie du poids de l’édifice, gîsent encore les fondations de la maison de l’époque de la Nouvelle France, sur lesquelles a été bâti le bâtiment qu’a choisi monsieur Moisan. On peut entrer dans le lieu où se trouvait le salon, et on y voit clairement où était le foyer et la cuisine.

Rue Saint Jean 19ème siècle.

J.A. Moisan à Québec. Charcuterie et fromagerie.

Tout un pan d’histoire est contenu dans ce qui est reconnu comme étant la plus vieille épicerie d’Amérique du Nord encore en activité. Ayant vu passer d’innombrables saisons, et toujours présent et actif aujourd’hui dans le quartier bien vivant qu’est le Faubourg Saint-Jean-Baptiste, le J.A. Moisan sait intriguer le passant. Ce qui en fait un lieu si intéressant, c’est que l’épicerie conserve sa vocation patrimoniale, mais sans s’être déguisée en bibelot touristique. Elle conserve toujours sa fonction première de lieu où, à Québec, on retrouve certaines denrées de choix, tantôt régionales, tantôt ses spécialités faites sur place et parfois des importations, toujours très en demande dans la boutique.Dans tous les cas, un souci de présenter une vitrine pour les produits du terroir de la région de la Capitale Nationale, de Charlevoix, de la Beauce et d’ailleurs au Québec est bien présent. C’est ce qui a animé J.A. Moisan tout au long de son histoire récente. Aujourd’hui la charcuterie et la fromagerie de cette maison est réputée dans toute la région. On y vient pour s’y approvisionner de certaines spécialités qu’on ne retrouve pas ailleurs.  C’est une halte obligatoire pour les habitants et visiteurs qui passent par la rue Saint-Jean, dans le faubourg Saint-Jean-Baptiste. Bien loin de l’époque où son avenir était  incertain, l’institution tire une part de son succès grâce au lien qui l’unit avec ses clients qui y reviennent de manière régulière, déjeuner ou siroter un café au lait en regardant les passants qui font du lèche vitrine ou qui marchent d’un pas pressé vers leur prochaine tâche.

JA Moisan

Photo provenant de: JAmoisan.com

Cependant, il est à noter qu’il existe aussi un lien qui unit ce commerce aux habitants du Quartier. Lorsque le quartier Saint-Jean- Baptiste fût la proie d’un incendie majeur qui fit des ravages, en 1876, Jean Alfred Moisan aida à sa façon la population, en laissant aux résidents le droit de continuer de s’alimenter à leur épicerie, sans payer. Il fit ainsi crédit alimentaire sans intérêts à la population pour aider le quartier qui l’avait soutenu jusque-là. Un geste qui amorça une tradition qui se sent encore aujourd’hui, lorsqu’on se rend compte que cette épicerie sert encore de poste de commodité quotidien, pour non pas seulement les touristes qui viennent y explorer ses richesses, mais avant tout pour les résidents du coin qui s’y approvisionnent.

J.A Moisan

Photo provenant de: JAmoisan.com

Consulter toutes les VIGNETTES HISTORIQUES

Suivez nous ici:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *