Faire sa marque. (édito EDS#3)

par Patrick Hacikyan

Loin d’être statique, le monde de la gastronomie, des produits régionaux, de l’artisanat et du terroir en est un vivant, en constante variation et évolution. Au Québec, comme autour de la planète, une véritable prise de conscience de la valeur de ces notions et produits, gagne du terrain d’année en année. Étant une des véritable turbines du navire mondial voguant sur le courant du terroir, la seule province francophone du Canada fait souvent office de modèle en la matière. Sa situation particulière, et la somme de ses origines tant autochtones et françaises qu’anglaises, irlandaises allant jusqu’à son caractère multi-ethnique contemporain font d’elle un laboratoire pondant des oeufs d’or dotés d’un alliage unique qui souvent inspire la terre entière. Elle a puisé dans la notion du terroir une manière d’édifier son trésor. Un lieu qui exprime souvent cette fertilité unique est sans aucun doute celui de la gastronomie et de la création. Cet exercice, depuis longtemps pratiqué en Europe, s’est propagé comme un feu de poudre au courant de la dernière décénnie.

  Le terroir, le patrimoine et leur mise en marché ont subi un vent d’actualisation fort favorable dans des endroits tels que le Maghreb, les États-Unis, les Antilles, jusqu’à se répandre dans les cinq continents. 

  Maintenant que la planète fonctionne de plus en plus avec une culture standardisée, le caractère unique et irremplaçable de certains facteurs culturels importants à travers plusieurs sociétés se fait sentir. Par conséquent deux facteurs se produisent. Primo il y a l’apparition de la nécessité de reconnaître et mettre en valeur ces phénomènes. Secondo, ceux ci développent un caractère de plus en plus désirable, de par leurs qualités uniques. Il est évident que plus le temps avance, plus la population tend à développer une culture commune, ainsi nous savons qu’une bonne part des pratiques qui caractérisent différentes nations sont vouées à disparaître, c’est inévitable. En revanche, en cette ère des communications l’humain est désormais en contact avec une quantité grandissante d’information provenant des quatre coins du globe.

  Voilà pourquoi certains mets, pratiques, ou modes issues d’un pays ou d’un autre connaissent souvent, de manière subite, une adoption ou une popularité mondiale. Certains volets culturels, parfois connus, souvent méconnus, qu’ils soient anciens ou nouveaux, sont empreints d’une valeur telle qu’il est plus que souhaitable de les perpétuer dans le monde à venir. Plusieurs organismes internationaux, tels que l’UNESCO l’ont compris. En cette période cruciale de sélection naturelle, États de Splendeur s’inscrit à sa manière dans cette tâche de souligner la splendeur qui habite parfois certains produits, pratiques ou réalités méritant que l’on s’y attarde. Le Québec, tout comme toutes les populations de la planète, comporte plusieurs exemples de telles merveilles; parfois mineures, pafois majeures. Souhaitons de fortes assises au patrimoine mondial tangible et intangible, d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Des profondeurs de la mer à la cime des montagnes, la découverte est sans cesse renouvelée.


Suivez nous ici:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer