-Florilège de gins québécois

Échantillonage enthousiaste.

Depuis quelques années, l’essor des microbrasseries a atteint un certain équilibre et fait place à un autre phénomène des plus intéressants, celui des micro-distilleries. On voit donc apparaître plusieurs nouvelles productions québécoises parmi lesquelles le gin semble être le plus populaire et se retrouve maintenant en plusieurs déclinaisons. Est-ce qu’il y a trop de gins québécois ? Bien sûr que non mais alors d’où vient cette abondance ?

Pierre Hervé/


La récente popularité du gin peut s’expliquer de diverses façons. Premièrement, c’est un alcool qui se prête bien à différentes utilisations et différents mélanges et qui peut donc plaire à tous. Ensuite on peut parler d’un effet de mode et d’une boucle de rétroaction positive; plus il y en a, plus on veut en essayer, plus on développe son goût, etc. Sinon, d’un point de vue strictement pratique, le gin permet aux nouveaux distillateurs de mettre rapidement leur produit sur le marché car il ne demande pas de longue maturation en baril. C’est à la base un alcool neutre qui tire son essence de la façon dont il est aromatisé ce qui laisse une grande place à l’originalité, l’expérimentation et les recettes secrètes.

La classification des gins québécois
On remarque d’emblée que les distillateurs sont inspirés par l’aspect forestier/boréal du Québec car on retrouve le Canopé Gin forestier, Le gin Thuya, le Cirka gin Sauvage et l’Ungava. À ce compte, pourquoi pas un gin de la mer, un gin du jardin et un gin urbain. Et bien justement un alambic de Rimouski produit le très maritime gin St-Laurent, certains producteurs subversifs aromatisent leur gin au panais et finalement le Romeo’s; dry gin montréalais pourra porter le titre de produit urbain.
Afin d’aider le consommateur à faire un choix éclairé, l’équipe d’EDS a entrepris une analyse détaillée de ces produits pour trouver la meilleur application pour chaque gin. N’étant pas un des experts en dégustation de spiritueux associés à EDS, j’ai plutôt procédé à une approche systématique: l’échantillonnage de chaque bouteille a été fait avec assez de répétition pour être statistiquement significative et les impressions notées immédiatement à la fin de l’expérience.

photo©EDS

Canopée
Ce produit pourrait passer inaperçu sur les tablettes avec une bouteille assez discrète qui ne laisse entrevoir que l’ombre d’une forêt de conifère, mais le produit est très intéressant et bien équilibré. Sachant résister aux excès d’expérimentation et d’exotisme, les experts de la distillerie Mariana de Louiseville, en Mauricie, ont utilisé ce qu’ils avaient sous la main : épinette, érable, thuya, genévrier et chêne. Le résultat en est un qui se tient et Canopée offre donc son propre bouquet gustatif dans chaque verre.
À boire au camp de chasse ou au chalet après une longue journée de plein air. Pour ceux n’ayant pas de chalet, à boire en imaginant les aromates pendus dans le processus de distillation de ce gin mauricien.

photo ©EDS

Thuya
Très très aromatique, presque médicinal, mais ce qui peut ressembler à un excès d’enthousiasme de la part des producteurs est en fait un hommage aux tisanes de thuya préparées par les Amérindiens pour sauver Jacques Cartier et ses hommes à l’hiver 1535-1536. Aujourd’hui alors que traverser l’hiver est un peu plus facile et moins propice au scorbut on pourra tout de même en prendre une bonne gorgée au goulot pour s’allumer un petit feu dans le ventre et braver la tempête.

Sinon dans un contexte plus civilisé, il se marie très bien avec l’amertume du tonic et pourra faire des cocktails qui ne passeront pas inaperçus. Le Thuya est une excellente option pour ceux qui recherchent un produit unique, les relents de génévrier ne manquent point.

photo ©EDS

Cirka
On le dit inspiré de la forêt boréale bien qu’il soit produit à Montréal. Infusé d’une combinaison apparemment secrète de plus de 30 aromates on lui trouve un profil gustatif intéressant mais avec un manque d’équilibre entre les notes fruités et les arômes de conifère. Par contre, le mariage avec l’arôme d’érable est excellent et je n’hésiterais pas à cacher dans mon manteau un petit flacon de ce gin pour ma prochaine visite à la cabane à sucre. Il possède une très appréciable polyvalence qui sait donner un certain je ne sais quoi à tous les cocktails testés. Somme toutes, le Cirka est délicieux comme gin. Il inspire à celui ou celle qui le boit des notes rappelant subtilement les territoires de la forêt boréale.

photo ©subversifs.ca

Piger henricus
Il est distillé en petits lots, avec des aromates bien choisis: baies de genièvre, cardamome, écorce de citron, coriandre et racine d’angélique, mais ce qui fait réellement sa particularité en terme de notes végétales, est l’ajout de panais. Le panais apporte un aspect typé à cette eau de vie. Typé, mais harmonieusement bien amorti. Le Piger Henricus est fait par les Distillateurs Subversifs à partir d’un alambic de 350 litres. L’eau pure utilisée provient d’une source exclusive trouvée sur place, à Saint-Alexandre, dans le Haut-Richelieu, en Montérégie. Doux et rond. N’a pas besoin d’être dilué ou mélangé pour être apprécié. À boire en cuisinant le vendredi soir.

Romeo’s
Se compare bien aux dry gins classiques. Le Romeo’s dry gin est un gin qui se veut un hommage à Montréal. Il possède une signature aromatique unique mais en même temps est assez polyvalent pour être intégré à de nombreux cocktails. Les aromates infusés lors de la distillation sont les baies de genièvre, le concombre, l’aneth, la lavande, l’amande et le citron. Chose intéressante, chaque édition est embouteillée dans une bouteille comportant une oeuvre d’un artiste visuel Montréalais. Les différentes esthétiques reflètent ainsi le caractère de Montréal et les bouteilles sont donc des pièces qui pourront se collectionner dans le futur.

St-Laurent
Le graphisme de l’étiquette est vraiment magnifique mais ce qui se trouve dans la bouteille l’est tout autant. De tous les gins testés c’est vraiment le plus apprécié autant pur qu’en mélange on note un petit quelque chose de plus dans l’arôme. et un très bon équilibre qui résulte sans doute d’un savant mélange d’herbes marines. C’est très à propos puisque le Saint-Laurent est distillé en très petits lots, avec fierté, à Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent. Les ingrédients aromatiques proviennent donc des alentours du lieu de fabrication. C’est vraiment un excellent produit qui mériterait même d’être exporté. Herbes marines cueuillies à la main ou par les tentacules d’un poulpe scaphandrier, on n’est pas certain.

Voici donc un florilège de gins du Québec. Tout en rappelant que la modération a bien meilleur goût, nous vous encourageons a adopter un gin qui vous convient, en tenant compte de vos intérêts et de vos goûts. C’est un excellent exercice d’encourager cette récente explosion dans ce secteur des eaux de vie artisanales du Québec. Bonne dégustation!

Suivez nous ici:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer