-La Tunisie promeut ses terroirs.

L’authenticité et le marketing convergent dans la République tunisienne.

Depuis quelques années, la Tunisie s’affiche en tête de file au niveau de la mise en valeur de ses produits régionaux et du terroir. Grâce à plusieurs acteurs Tunisiens et internationaux, les efforts ont été coordonnés afin d’élever le niveau de la production, mais aussi de l’appréciation du meilleur que les différents terroirs de la Tunisie ont à offrir. Le résultat est concluant et ce, de manière concrète: il porte fruit.

Patrick Hacikyan/

Connaissez vous le fruit de Opuntia ficus-indica ? Ce dernier est un cactus ayant ses origines botaniques dans le Mexique, le fruit qu’il porte est mieux connu sous le nom de figue de barbarie. Depuis le 16ème siècle, il est cultivé en Afrique du Nord, notamment en Tunisie. C’est au 19ème siècle que sa culture se répandra dans ce pays de manière intensive. La figue de barbarie deviendra alors en quelque sorte un produit local adopté et naturalisé, adapté aux terroirs dans lesquels il a été planté puis sélectionné.

La figue de barbarie

Adoptée par le terroir
La Tunisie est le troisième producteur mondial de figue de barbarie, avec près de 10% de la part mondiale de production, derrière le Maroc et l’Algérie. Il détient aussi, mondialement, plus grande superficie dédiée à la culture de ce fruit. À première vue, certains pourraient se demander si un fruit originaire d’un autre continent, une fois cultivé dans une terre d’accueil peut être considéré comme un produit régional ou du terroir de cette dernière. S’il est vrai qu’un produit exotique n’est en aucun point un produit régional, il est pourtant possible de l’acclimater et l’adapter à un nouvel environnement. Tel est le cas de la pomme, qui, originaire de Chine, a su, à travers les siècles s’enraciner dans de nombreux nouveaux terroirs pour maintenant faire partie de moult recettes très locales, aujourd’hui considérées comme des spécialités régionales. Tel est aussi le cas de la tomate qui, bien que popularisée en Europe qu’à partir du 16ème siècle, a été adoptée par différents peuples et adaptée à différents terroirs. Aujourd’hui, qui ne connaît pas la superbe variété de tomates italiennes dont certains gourmets refusent de se passer pour cuisiner des recettes de ce pays.

Ainsi en est-il pour la figue de barbarie tunisienne. Depuis des générations maintenant, elle fait partie du paysage culinaire et s’est adaptée à moult recettes très locales. La Tunisie s’est d’ailleurs démarquée par l’entremise d’un produit dérivé de ce fruit: l’huile de pépins de figue de barbarie. Ce produit est l’huile la plus performante de toutes les huiles au niveau dermatologique. Elle est utilisée à même titre et parfois encore plus prisée que la fameuse huile d’argan marocaine, aux vertus pourtant déjà quasi-miraculeuses.

Le projet PAMPAT (Projet d’accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir) est une initiative menée par l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel. Il soutient bon nombre de projets pour mettre en valeur les produits régionaux et du terroir. Ce dernier soutient la commercialisation de cette huile précieuse aux propriétés cosmétiques incomparables, dans sa version certifiée biologique. C’est avec 30 kilos de pépins de figue de barbarie qu’on produit un litre de son huile. Voilà pourquoi elle est vendue à plus de mille Euros sur le marché international. De plus en plus, le marché se développe, au fur et à mesure que les maisons d’esthétique corporelle, les spas et les producteurs de produits de beauté naturels découvrent sa valeur.

la figue de Djebba A.O.C.

Un fruit du terroir
Toujours dans le domaine du fruit, un autre, lui, est non seulement indigène à la Tunisie, mais présente une variété qui provient d’un terroir unique, et possède des caractéristiques singulières. La figue de Djebba est une des plus prisées par les amateurs, si bien qu’elle possède sa propre Appellation d’Origine Contrôlée. L’Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle (INNORPI) s’occupe des vérifications et contrôles auprès des producteurs, certifiant ainsi l’authenticité de la figue de Djebba AOC. Cette initiative porte fruit et ce, de plus en plus.

La commercialisation au service du terroir et des communautés
Ce n’est pas depuis hier qu’à Djebba, la figue est cultivée. La figue de Djebba y est présente et cultivée depuis 2000 ans avant JC. Parmi la trentaine de variétés qu’on y retrouve, c’est surtout la variété Bouhouli qui est la plus présente. C’est elle qu’on retrouve parmi les figues de Djebba A.O.C.. Djebba est situé au pied du mont Goraa. Cette montagne offre plusieurs sources qui irriguent les parcelles de terre où sont cultivées les figues typiques du lieu depuis des siècles. Le résultat est une figue avec une couleur profonde et un goût très mielleux.

Face à la compétition internationale, plusieurs producteurs se sont regroupés en coopérative. De plus, le PAMPAT, en collaboration avec divers ministères tunisiens ainsi qu’une part de financement provenant du Secrétariat d’Etat à l’Economie Suisse ont épaulé toute une variété d’actions visant la mise en valeur du seul fruit bénéficiant d’une A.O.C. tunisienne. La figue de Djebba bénéficie d’une Appellation d’Origine Contrôlée depuis 2014. Au début ce n’était que 2% de la production locale qui était commercialisée sous son sigle protecteur. En 2017 par contre, c’est 10% des figues de Djebba qui ont été certifiées grâce à cette étiquette reconnue par les consommateurs à travers la planète.

Le résultat est une forte valeur ajoutée à ce fruit de haute qualité. La figue bouhouli nécessite beaucoup de soleil et d’eau. Face à la guerre des prix internationale, il serait facile de plier à la pression et de cesser la production de ces authentiques figues du terroir pour des variétés et des méthodes plus productives misant non plus sur la qualité mais sur la quantité. Cependant, grâce aux efforts des Djebbaois et des différents acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux, la figue de Djebba A.O.C. se vend à plus de 80% plus cher que les autres variétés standard. De quoi pérenniser ce merveilleux fruit, son terroir, les méthodes ancestrales de production et de cueillette, ainsi que les communautés d’où elles sont issues de manière plus large.

Aujourd’hui, le produit bénéficie d’une réputation grandissante. La coopérative des producteurs possède un camion réfrigéré qui assure la fraîcheur du produit du champ à la table du consommateur. La figue de Djebba A.O.C. est aujourd’hui même exportée en France, à Dubai et au Canada. Espérons que ce noble fruit poursuive sa lancée.

Initiatives qui génèrent une réelle prospérité sur le terrain

Nous l’avons vu, le PAMPAT (Projet d’accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir) de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel est très actif dans le soutien apporté aux producteurs et différentes entreprises et communautés reliées aux produits régionaux et du terroir en Tunisie. Un vaste éventail d’activités est déployé pour ce faire. Un des dernières mentionnées par États de Splendeur était la mise sur pied du premier Concours Tunisien des Produits du Terroir, au marché expo-vente à la Cité des Sciences de Tunis. Ce événement fût un vif succès, gage de la tenue de futures éditions.

C’est l’Agence de Promotion des Investissements Agricoles qui a chapeauté la direction et l’organisation de ce concours, de concert avec Ministère de l’Agriculture, du Ministère de l’Industrie et le Ministère du Tourisme et de l’Artisanat ainsi que d’autres acteurs gouvernementaux et privés. Le concours a été librement inspiré du concours suisse des produits du terroir qui en est, lui, à sa 14ème édition déjà. 

Au cours de ce concours, plusieurs produits ont été médaillés. Parmi ceux-ci ressortent la harissa de l’entreprise Sticap ainsi que les sardines à l’huile d’olive de Manar, qui sont certifiées de l’étiquette « Food Quality Label Tunisia». Les produits certifiés biologiques ont gagné presque 20% de toutes les médailles.

Les grands gagnants du Concours Tunisien des Produits du Terroir sont les quatre qui ont remporté les prix d’excellence. On y retrouve L’huile d’olive biologique de la marque Kanzari du gouvernorat de Zaghouan, le concassé des tomates séchées et pimentées de la marque Safir du gouvernorat de Siliana, le sirop de dattes biologique de Nour Oasis du gouvernorat de Kébili et le miel d’eucalyptus de la société mutuelle des services agricoles Al Najah de Beni Khedeche dans le gouvernorat de Médenine. Ces quatre produits sont les lauréats désignés comme étant les meilleurs produits du terroir de Tunisie pour l’édition 2017. La cérémonie des médailles a eu lieu le 9 et 10 décembre 2017. Ce concours est le résultat de 18 mois de préparation, et c’est pas moins de 103 dégustateurs qui ont permis de juger les produits présentés. Un total de 74 médailles ont été décernées.

Les quatre gagnants du prix d’excellence du Concours Tunisien des Produits du Terroir 2017

Toute cette activité est symptomatique d’une excellente santé et vivacité du marché des produits du terroir tunisiens et des communautés qui y sont rattachées. La volonté politique ainsi que les efforts des producteurs et productrices de produits régionaux et du terroir dans les différentes régions de la Tunisie sont garants du succès grandissant de ce volet de l’économie de ce magnifique pays. Elles peuvent et doivent servir d’exemple pour d’autres pays souhaitant insuffler énergie et réussite à ce secteur de marché plein de potentiel et en croissance internationale.

Pour ce faire, l’éducation du public et la communication marketing sont indispensables. En cette ère où presque tout passe par internet, les petites entreprises familiales devront faire preuve d’ingéniosité et de débrouillardise pour assurer la visibilité de leurs produits. Une aide gouvernementale et privée fait par conséquent aussi partie de l’équation. Souhaitons la continuité du succès aux différentes petites et moyennes entreprises tunisiennes qui déploient un effort souvent insoupçonné pour nous offrir leurs produits de qualité. Souhaitons aussi que cet élan serve d’inspiration pour d’autres pays visant à accomplir des tâches similaires; tâches qui portent fruit ô combien délectable.

Suivez nous ici:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer