Le rendez-vous des papilles 2012.

  Une des plus belles des balades gourmandes disponibles dans le sud du Québec est sans aucun doute les Sorties gourmandes dans le cadre de l’événement Le rendez-vous des papilles, à Sainte Hyacinthe. Un phénomène relativement nouveau, il est devenu un incontournable dans son domaine. 

L’événement compte accueillir plus de 27000 visiteurs du 21 au 23 septembre prochain, au Marché Public e Sainte-Hyacinthe ainsi qu’au parc Casimir Dessaules. Plusieurs dégustations et démonstrations sont au programme pour ces trois journées. De plus, vous pouvez faire une “Sortie gourmande”. Ce parcours est offert en cinq déclinaisons possibles. Ils ne sont pas qu’une simple carte avec points à visiter. lire la suite (…)

Le Festival métiers et traditions

À Longueil, chaque année depuis 11 ans maintenant, est tenu le festival métiers et traditions. Cet événement est le plus important dans le domaine du savoir faire et des métiers traditionnels au Québec. Du 1er au 3 septembre, ce dernier aura lieu au parc Saint Mark, dans le Vieux Longueil. Plus qu’un simple festival, Métiers et traditions est aussi une des organisations cruciales pour la transmission de certains métiers ancestraux au Québec.
Lire la suite (…)

Sur la route en Abitibi-Témiscamingue

Mathieu Dupuis est une étoile montante dans le domaine de la photographie au Québec. Il est photographe pour Parcs-Québec depuis huit ans déjà. Il est un de ceux qui contribuent à souligner la splendeur insoupçonnée de certains coins de pays, souvent très reculés.

Ce photographe émérite dans la trentaine a signé son premier contrat d’édition pour des livres de photographie avec les Éditions de l’Homme à 22 ans. Lire la suite (…)

Un marché public se doit d’être diversifié.

Dans l’arrondissement Saint Laurent, à Montréal, celui qui a connu la plus forte croissance démographique l’an passé, nous retrouvons le marché Hawaï. Cet endroit ressemble presque à un marché public, tant l’offre y est opulente.

On y retrouve toutes sortes de produits utilisés dans la cuisine chinoise, thaïlandaise et cambodgienne. Ce genre de commerce se transformerait aisément en marché public, un peu comme le marché de nuit Richmond à Vancouver. Phénomène ayant connu une croissance certaine au début des années 2000. Le marché de nuit est un marché public typiquement asiatique, où les kiosques n’ouvrent qu’à la tombée de la nuit. Ce faisant, on s’adapte à l’horaire difficile des temps modernes en permettant au public de faire ses emplettes après le travail. Ce sont des lieux emplis de vie, et d’animation, qui insufflent énergie dans leurs quartiers respectifs. Celui de Richmond à Vancouver à commencé avec quelques kiosques dans un stationnement, pour devenir aujourd’hui une quasi-institution.

Marché de nuit Shin Lin, à Taïpei.

Mais voici qu’ici, une journaliste de La Presse, Mercredi 15 août 2012 note qu’au Marché Jean-Talon, on retrouve toute une panoplie de produits qui ne sont pas locaux, tandis qu’à New York, un règlement empêche la vente de produits non-régionaux dans les marchés publics. En suivant cette logique, le rambutan n’aurait pas sa place au Marché Jean-Talon, puisque nos producteurs locaux ont déjà assez de difficultés financières comme ça.
Lire la suite (…)

Le monde des eaux de vie, au Québec

Si le monde des cidreries, des micro-brasseries, des vignobles et d’autres boissons artisanales du Québec est en plein essor, celui des distillateurs n’en est qu’à s’établir, bien qu’il y en ait eu plusieurs déjà au cours de l’histoire. L’ère où l’alambic était mis au rancart semble se transformer en une ouverture du marché de la distillation pour quelques rares téméraires qui en ont eu la permission. Portrait d’une tradition qui semble vivre une renaissance en Amérique du Nord.

  Le Québec ressort l’alambic de la remise.

Innu Nikamu

Cette fin de semaine est l’occasion d’un événement culturel très important en Côte Nord. Il s’agit d’Innu Nikamu. Pour ceux à la recherche constante de musique méconnue et nouvelle, ce n’est pas dans que dans les palmarès alternatifs branchés que vous les trouverez. C’est plutôt, cette fin de semaine, à Uashat et Malioténam que vous retrouverez une telle réserve de musique nouvelle.

Pour ceux qui ne s’en doutaient point, la communauté de Malioténam, non loin de Sept-Îles, en Côte-Nord, est l’hôte d’un des festivals de musique les plus uniques au monde: INNU NIKAMU. Ce dernier est un événement très important, en tant que lieu de diffusion de culture autochtone du Québec, et d’ailleurs en Amérique du Nord. Il ne s’agit ni d’un festival de chanson régulier, ni d’un pow wow traditionnel. Innu nikamu, qui se traduit en somme, par l’expression ”l’indien chante”, met en vedette des artistes de tous les horizons musicaux: du plus traditionnel au plus avant-garde. Chaque été, toute une programmation apporte un vent festif dans cet endroit très spécial qu’est Uashat-Malioténam et, de manière plus générale, Sept-Îles, chef lieu de la Côte Nord. Différents médiums sont utilisés, alliant souvent le cérémoniel et le théâtral à la musique. À ses débuts dans les années 80, l’événement comprenait surtout le style de musique appelé aujourd’hui le ”folk innu”. Petit à petit, la programmation s’est variée, et est devenue de plus en plus riche au fil des années, jusqu’à aujourd’hui, où sont venus se greffer une panoplie d’artistes de nouveaux styles tels le hip-hop, le jazz, le reggae, et des musiques électroniques. Des spectateurs y affluent désormais depuis non seulement les quatre coins du Québec et du Labrador, mais aussi des provinces maritimes, de la Nouvelle Angleterre, de l’Ouest Canadien, et même d’ailleurs en Amérique et dans le monde. On assiste ici à la naissance de musique adaptée et inspirée à partir du territoire. Ce courant ne fait que commencer à déployer ses ailes, et nous en entendrons sans-doute de plus en plus parler, puisqu’il représentune partie inébranlable de la culture musicale du Québec en 2012 de par sa singularité mais surtout à cause de son importance insoupçonnée dans la définition de l’identité autochtone en notre époque.

Innu Nikamu

Liste annuelle des pow-wow du Québec 2012

Le Grand déjeuner des familles-souches.

Depuis hier se déroulent les courues Fêtes de la Nouvelle France, à Québec. L’événement à lieu du 1er au 5 août, et le défilé d’ouverture a été un franc succès hier. Les fêtes raniment l’époque de la Nouvelle France, en les remettant au goût du jour à travers musique, danse, métiers traditionnels, contes amérindiens, et bien sur, nourriture avec un marché d’époque autour de la Place Royale.

Un des aspects les plus intéressants de cet événement unique est sans aucun doute le fait que tout le monde est prié de participer à l’événement. Ainsi beaucoup de membres du public se procurent un accoutrement d’époque pour parcourir les rues du Petit Champlain dans les diverses activités des Fêtes de la Nouvelle France. De cette manière, l’ambiance devient une véritable immersion où chacun peut apporter un élément unique de son originalité dans un cadre circa 17ème siècle.

À l’occasion de la clôture des Fêtes de la Nouvelle France aura lieu un très bel événement familial. Il s’agit du Grand déjeuner des familles souches. Cet événement est un grand déjeuner où sont conviés les membres des familles souches du Québec, mais aussi, les membres des familles arrivées de manière plus récente. Il s’agit donc d’une occasion heureuse de célébrer le tissu démographique du Québec en faisant un clin d’oeil au passé au présent et au futur. Le tout se déroulera dans “un cadre des plus festifs”.

acheter des billets ou s’inscrire au Grand déjeuner

Les Fêtes de la Nouvelle-France